Haut

Quatre bonnes raisons de manger local

Je ne me suis pas toujours soucié de la provenance de mes aliments. Il y a quelques années, avec mon petit budget d’étudiante, j’achetais souvent les aliments les moins chers sans me poser plus de questions. Mon intérêt pour l’alimentation en pleine conscience m’a amené à m’intéresser à la provenance de mes aliments et à l’impact de mes choix sur ma santé, sur l’environnement et aussi, on l’oublie souvent, sur l’économie locale. Depuis, j’ai choisi de privilégier les aliments locaux au quotidien. Sans en faire une obsession, sans me priver. Parce qu’après tout, la souplesse augmente souvent nos chances de réussite quand vient le temps d’adopter un nouveau comportement et on découvre de nombreux avantages sur la route qui nous amènent à prendre plaisir à faire un pas de plus. 
Manger local signifie que l’on privilégie les aliments cultivés ou transformés à proximité. Ça nous permet de consommer des aliments frais et de qualité en plus de présenter une multitude d’avantages, tant pour les consommateurs que pour les producteurs. Au Québec, c’est 53 % des achats alimentaires des consommateurs qui proviennent de producteurs agricoles, d’aquaculteurs, de pêcheurs et de transformateurs du Québec, tandis que l’autre moitié est importée du reste du Canada et du monde (MAPAQ, 2017). Évidemment, on gagne à faire augmenter cette proportion. Qu’on achète nos aliments à l’épicerie, au marché public ou directement à la ferme, on peut y trouver notre compte. Pour cet article, je vous donne 4 bonnes raisons de privilégier les aliments du Québec tout au long de l’année.

Illustration © Elaillce — Alice Hosdain 2019

 

Pour le plaisir

Avez-vous déjà remarqué comme les fraises du Québec sont savoureuses ? Les betteraves d’un rouge éclatant ? Et s’il en était de même pour tous les aliments cultivés près de chez nous ? Manger local nous nous permet d’apprécier davantage nos aliments. Les légumes et les fruits cultivés chez nous regorgent de saveurs, de couleurs et nous offrent une fraîcheur inégalée. Cela nous procure inévitablement un plus grand plaisir à les savourer. C’est tellement plus satisfaisant de croquer dans une carotte bien croquante, juteuse et sucrée à point. L’autocueillette est aussi une activité sociale qui contribue au plaisir de manger. Qu’on aime cueillir des fraises, des framboises, des bleuets ou même des pommes, ça nous permet de profiter différemment de l’agriculture locale. On prend aussi (je vous le souhaite) plus son temps pour savourer des fraises qu’on a mis des heures à cueillir qu’un casseau acheté rapidement à l’épicerie.

 

Pour se rapprocher des producteurs

Ce que je préfère par-dessus tout, c’est faire affaire directement avec les fermes locales. J’aime savoir d’où proviennent mes aliments et aller à la rencontre des gens qui les cultivent. Rencontrer les producteurs locaux nous rapproche de notre assiette et cela s’ajoute à la dimension sociale de l’alimentation. On peut profiter de cette proximité de plusieurs façons. Il y a bien sûr l’autocueillette, mentionnée précédemment, et les marchés publics qui permettent d’acheter directement des producteurs. Une autre option intéressante est de faire affaire avec une ferme qui offre des paniers bios. Ça permet non seulement de manger local, mais aussi de découvrir de nouveaux aliments et d’apprendre à les cuisiner, ce qui ajoute au plaisir de bien manger. De juin à octobre, je vais chercher mes légumes à un point de chute près de chez moi. Ça va maintenant faire 5 ans que j’utilise cette formule et c’est un moment que j’attends avec impatience chaque année. Vous pouvez aussi trouver le vôtre sur le réseau équiterre qui répertorie les producteurs locaux qui offrent des paniers. Pour certaines fermes, ça ne s’arrête pas aux légumes. Certaines coopératives de producteurs offrent également une variété de fruits, de la viande, des confits, des terrines et d’autres produits du terroir.

 

Pour notre santé et celle de la planète

Manger local permet de réduire considérablement l’empreinte écologique de notre assiette tout en augmentant la valeur nutritive de nos aliments. En achetant des aliments cultivés localement, on diminue leur distance de transport et on limite par le fait même les émissions de gaz à effets de serre.  Les avantages pour l’environnement sont encore plus importants lorsqu’on privilégie l’agriculture locale biologique qui exclut entre autres l’utilisation de pesticides. Ces composés chimiques qui visent à protéger les récoltes contre les parasites, les champignons, les mauvaises herbes et les insectes ne sont pas sans conséquence. En plus de nuire à la santé des agriculteurs, ils polluent les nappes phréatiques et affectent les populations d’insectes pollinisateurs. C’est beau avoir des légumes et des fruits en parfaites conditions et des cultures rentables, mais si on n’a plus d’abeilles pour les polliniser, on n’aura pas de légumes tout court.

Les légumes et les fruits cultivés et distribués localement sont bien souvent plus riches en nutriments que ceux qui nous proviennent de l’étranger. La raison est simple, plus la distance parcourue est courte, plus les légumes sont cueillis près de leur point de maturité. On va alors chercher une plus grande quantité de vitamines et de minéraux dans les sols, ce qui augmente la valeur nutritive de nos aliments. De nombreux agriculteurs ont aussi investi dans l’agriculture en serre pour nous offrir des produits locaux à l’année. Bien que ces aliments soient parfois un peu plus chers pendant la saison hivernale, ça contribue aussi à soutenir l’économie locale tout en ayant accès à des aliments savoureux, nutritif et un impact environnemental positif.

 

Pour économiser, même en hiver !

En saison, les aliments locaux sont abordables, tout en offrant aux producteurs un prix juste. On retrouve des fruits et légumes du Québec à petit prix dans les épiceries, dans les marchés publics, ou même directement chez le producteur. Pour connaitre les mois d’abondance de vos fruits et légumes préférés, visitez MangezQuébec et téléchargez le calendrier des récoltes. C’est l’occasion d’en profiter et de faire des provisions pour l’hiver. Qu’on opte pour les conserves ou pour la congélation, il s’agit d’une bonne stratégie pour manger locale à faible coût pendant la saison froide. Pour bien conserver mes aliments au congélateur, je consulte à l’occasion le Guide 101 sur la congélation de Ricardo. J’aime particulièrement faire des réserves de fraises et même de bleuets que je conserve au congélateur à l’année. C’est super pratique pour faire des smoothies, des tartes aux fruits ou même pour les utiliser dans nos muffins préférés. Pour ce qui est des légumes, il suffit souvent de les blanchir avant de les congeler ou encore d’en faire des potages. Cela permet non seulement de manger local presque à l’année et d’économiser, mais également d’optimiser sa planification des repas. On peut faire une sauce à spaghetti encore plus rapidement à évitant l’étape d’avoir à couper les carottes et le céleri à nouveau.

 

J’espère que ces quelques lignes vous auront donné envie de découvrir les saveurs du Québec. Manger local est certainement un choix responsable et intéressant à plusieurs niveaux et le plaisir en fait partie. Bien entendu, les bienfaits derrière ce choix ne se limitent pas à ceux énoncés dans cet article. Il n’est pas nécessaire de faire un virage 100% local pour avoir un impact positif dans notre communauté. Chaque petit pas compte. De mon côté, je vous propose une variété de recettes équilibrées pour vous permettre de découvrir de nouvelles façons de cuisiner vos fruits et vos légumes selon les saisons.

 

Ressources utiles

Équiterre equiterre.org et pour les paniers bios fermierdefamille.com

Manger Local Québec mangerlocalquebec.info

Mangez Québec mangezquebec.com

Le livre de Bernard Lavallée Sauver la planète une bouchée à la fois nutritionnisteurbain.ca

Le livre de Julie Aubé Prenez le Champ julieaube.com

Statistique 

MAPAQ, Le bottin, consommation et distribution alimentaire en chiffre, 2017

 

Cet article a été publié le 8 juillet 2017 et a été mis à jour le 19 juin 2019.

Caroline Cloutier
Diététiste-nutritionniste

Avec mes recettes et mes articles, je veux vous aider à prendre plaisir à bien manger une découverte à la fois. J’adore cuisiner selon les saisons et mettre de l’avant une variété de protéines végétales dans mon alimentation. Je suis convaincue que pour bien manger et être en santé, on peut manger de tout sans se priver. C’est pourquoi mon approche mise sur l’alimentation intuitive et la pleine conscience. N’hésitez pas à laisser un commentaire et à partager le contenu que vous appréciez!

Aucun commentaire

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.