logo

À propos

Je suis nutritionniste et membre de l'Ordre professionnel des diététistes du Québec. Ma mission est de vous aider à retrouver le plaisir de bien manger, en toute simplicité. Mon approche met de l'avant l'alimentation intuitive et la pleine conscience pour favoriser le développement ou le maintien d'une relation saine et positive avec la nourriture.
Service offert à Québec et à distance

disponibilités de jour et de soir

418-933-4422

5055 boul. Wilfrid-Hamel, local 125, Québec, QC G2E 2G6

Top

Manger en pleine conscience, ça veut dire quoi?

Entre le stress du quotidien, notre rythme de vie qui s’accélère et les croyances populaires, nous ne sommes pas toujours conscients de la façon dont nous mangeons. Dans certains cas, on mange pour nourrir notre corps, pour se rassembler et pour se faire plaisir. Dans d’autres, on mange rapidement, devant l’ordinateur, ou entre deux rendez-vous. On mange pour se récompenser d’une dure journée ou pour apaiser nos émotions. On mange avec culpabilité en se disant que demain, on fera plus attention. On évite parfois certains aliments, par peur de prendre du poids ou de nuire à notre santé. On mange par habitude, sans se questionner… 

À la lecture de ces quelques lignes, on pourrait croire que l’on ne mange pas toujours de la bonne façon, mais on passerait à côté de l’essentiel. Lorsqu’on mange consciemment, on reconnait qu’il n’y a pas de bonne ni de mauvaise façon de manger. Il y a seulement des degrés variables de conscience entourant l’expérience de la nourriture. Pour cet article, voyons ce que signifie « manger en pleine conscience » ou « Mindful Eating », une approche que je mets de l’avant tant dans mon assiette au quotidien que dans ma pratique professionnelle.

 

La pleine conscience dans notre assiette

Pour bien comprendre les principes de l’alimentation en pleine conscience, commençons par la base : la pleine conscience. Bien qu’elle se pratique depuis des millénaires et possède des racines de la religion bouddhiste, elle prend, encore aujourd’hui, tout son sens dans un contexte plus laïque.

La pleine conscience, c’est délibérément porter attention au moment présent, sans jugement. C’est être conscient à la fois de ses pensées, de ses émotions, de ses sensations physiques et de son environnement, sans évaluer leur importance, sans tenter de les éviter ou de les modifier. Avec la pratique, la pleine conscience cultive la possibilité de se libérer de nos réactions, de notre façon habituelle de penser, de ressentir et d’agir. Elle favorise l’équilibre, le choix et l’acceptation de ce qui est.

Manger en pleine conscience, c’est choisir de manger dans le moment présent, un repas à la fois, et de porter son attention sur tous les aspects des aliments. C’est accepter que ses expériences de manger soient uniques. C’est prendre conscience de l’impact de ses choix alimentaires sur sa santé, l’environnement, l’économie, son bien-être et celui des autres êtres vivants.

 

Les grands principes 

Apprécier les opportunités positives de la sélection à la consommation des aliments

Avec notre rythme de vie qui s’accélère, faire l’épicerie, planifier et préparer les repas peuvent devenir de simples tâches qui s’ajoutent à tout ce que l’on doit accomplir dans une journée ou dans une semaine. Il peut devenir de plus en plus difficile de prendre le temps de manger et d’apprécier ces moments privilégiés. Manger en pleine conscience, c’est se permettre de reconnaitre les opportunités positives accessibles par la sélection, la préparation et la consommation des aliments en harmonie avec nos valeurs personnelles.

Nourrir son corps et son esprit avec tous ses sens

Manger en pleine conscience nous permet d’allier la santé, le bien-être et le plaisir de manger. Nous avons l’opportunité de choisir de manger des aliments qui nous plaisent et qui nourrissent notre corps en utilisant tous vos sens pour explorer, savourer et goûter. Lorsqu’on mange en présence de distractions, devant la télévision ou devant l’ordinateur, en travaillant, notre attention est détournée de notre assiette. Il devient plus difficile d’apprécier les couleurs, les odeurs, les saveurs et les textures de nos aliments. Pour faire l’expérience d’un repas plein de sens, je vous conseille cet outil créé par l’organisme ÉquiLibre.

Reconnaitre nos préférences alimentaires, sans jugement.

La pleine conscience met de l’avant une attitude de non-jugements, que ce soit par rapport à nos pensées, nos émotions, nos comportements, mais également nos préférences alimentaires. Inutile de catégoriser les aliments comme étant bons ou mauvais qui ne feraient que nous amener un sentiment de culpabilité. Pour maintenir une saine relation avec la nourriture, il faut se permettre de manger tous les aliments souhaités. Peu à peu, le sentiment de culpabilité fait place au plaisir de manger et à la satisfaction. Pour en savoir davantage sur les conséquences de catégoriser les aliments, je vous encourage à lire ce billet de ma collègue Karine Gravel.

Être à l’écoute de ses signaux de faim et de rassasiement

Quelles sont les raisons qui vous amènent à manger au quotidien? Pour certains, c’est la faim, alors que d’autres mangent à des heures régulières sans trop se poser de questions. Midi arrive, c’est l’heure du diner… Rappelons-nous que manger consciemment, c’est être attentif aux signaux internes que notre corps nous envoie et de ses besoins. La pleine conscience nous permet d’apprendre à reconnaitre ses signaux de faim et de satiété pour savoir quand manger et quand cesser de manger. Elle peut également nous permettre de distinguer la vraie faim de la fausse faim ou l’envie de manger en réponse à une émotion, par exemple. Pour y arriver, il faut prendre le temps de s’écouter et d’être dans le moment présent. Lorsqu’on mange devant l’ordinateur ou devant la télévision, notre attention est détournée de ces signaux et il peut être difficile de bien les détecter. On mange souvent plus rapidement et il est facile de manger tout le contenu de notre assiette, sans même l’apprécier ou prendre le temps de s’arrêter lorsqu’on est rassasié. Je parle plus en détail de la faim et du rassasiement dans mon article Être à l’écoute de son corps et de ses besoins pour se sentir bien.

 Un repas à la fois…

Manger consciemment reste un apprentissage continu. On ne devient pas expert de l’écoute de ses signaux en claquant des doigts, surtout lorsqu’on les a ignorés pendant plusieurs années. En étant chaque jour un peu plus conscient de notre alimentation, il devient possible d’identifier les raisons qui nous poussent à manger, d’être plus attentif à notre environnement, à nos réactions et aux signaux que notre corps nous envoie. Après quelque temps, ça nous permet de mieux comprendre les éléments déclencheurs des comportements observés comme manger en l’absence de faim, dépasser sa sensation de rassasiement ou encore manger pour combler une émotion. Ces évènements qui étaient autrefois des déclencheurs de pensées automatiques négatives, de culpabilité et de comportements nuisibles font place à une pleine conscience du moment présent, la neutralité et l’acceptation de soi. Miser sur la pleine conscience est une approche positive et bienveillante qui contribue au développement d’une saine relation avec la nourriture et d’une image corporelle positive.

 


Demander la conférence ou l’atelier Manger en pleine conscience. 

Manger en pleine conscience est une conférence, un atelier, un échange qui vise avant tout à favoriser l’écoute de son corps et de ses besoins et à se sentir bien dans sa peau. Lors de cet atelier, je vous invite à changer votre façon de voir l’alimentation et à faire l’expérience de l’alimentation en pleine conscience à travers une dégustation bien spéciale. Cet atelier vous intéresse et vous aimeriez organiser un évènement au sein de votre entreprise ou avec votre équipe de travail, contactez-moi et il me fera plaisir de me déplacer pour vous faire découvrir cette approche de l’alimentation intuitive.


Références

The Center for Mindful Eating. tcme.org

Stewart, T.M., Light on body image treatment acceptance through mindfulness. Behavior Modification, 2004. 28(6) : p. 783-811.

Baer, R.A., Mindfulness training as a clinical intervention : A conceptual and empirical review. Clinical psychology: Science and practice, 2003. 10(2) : p. 125-143.

Gravel, K. Quelles sont les conséquences de catégoriser les aliments comme « bons » ou « mauvais »?. MonÉquilibre. 2015

Gravel, K. Manger avec sa tête ou selon ses sens : Perceptions et comportements alimentaires. Diss. Université Laval, 2013.


 

Caroline Cloutier
Nutritionniste

Je suis Caroline, une nutritionniste gourmande et passionnée par tout ce qui touche à l’alimentation. Voici mon espace nutrition, à la fois une source d’inspiration et d’information pour vous aider à bien manger, en toute simplicité. N'hésitez pas à partager le contenu que vous appréciez.

Aucun commentaire

Envoyer un commentaire

Abonne toi à l'infolettre

Pour recevoir les nouveautés, des conseils et des recettes gratuitement.

@ccloutiernutrition

Bientôt fini!

Il ne reste qu'à confirmer ton inscription à l'aide du courriel que je viens de t'envoyer.

@ccloutiernutrition